Le grand glossaire de la consommation éco-responsable et éthique

Si vous vous intéressez à la consommation responsable, il y a fort à parier que vous ayez vu passer des termes comme circuit court, locavore, éthique ou encore upcycling. Et là, vous vous dites “Ok, mais concrètement ça veut dire quoi ?”. Comment on vous comprend ! Le jargon de la consommation responsable peut devenir une barrière à vos changements d’habitude.

Ce serait tellement dommage que vous ne puissiez pas avancer à cause d’une incompréhension. C’est pourquoi nous vous proposons de vous expliquer de manière simple et concrète plus d’une vingtaine de termes. Découvrez notre grand glossaire de la consommation éco-responsable et éthique.

Bien durable

Le bien durable, par opposition au bien non durable, est un bien qui peut être utilisé plusieurs fois sans se dégrader sur une période supérieure à un an. La qualification de durable renvoie donc à un taux d’usure relativement faible d’un bien même lorsqu’il est utilisé de manière répétée ou continue.

Par exemple, un t-shirt sera considéré comme durable si vous pouvez le porter plusieurs fois dans l’année et le laver sans constater la moindre déformation ou changement de couleur.

Biologique

Un produit ou une matière biologique est issu de l’agriculture biologique qui fait l’objet d’une réglementation précise en France. En effet, l’agriculture biologique exclut l’utilisation de produits chimiques de synthèse et des OGM. 

Ainsi aucun engrais chimique, pesticides, ou insecticides ne sont appliqués sur les plantations. 

Cela permet de préserver les nappes phréatiques, mais aussi la santé des personnes travaillant dans les cultures ou vivant à proximité.

Modames - coton biologique

Circuit court

Le terme circuit court désigne un système de distribution des produits qui est le plus direct possible entre le producteur et le consommateur. Les intermédiaires sont supprimés autant que faire se peut. 

Ce fonctionnement implique donc une proximité géographique et permet souvent de mieux rémunérer le producteur.

Cette pratique se répand de plus en plus avec la vente de produits fermiers directement du producteur au consommateur. Toutefois, le circuit court peut aussi s’appliquer à l’industrie de la mode. Là où en temps normal, on compte plusieurs dizaines d’intermédiaires, le circuit court permet de réduire ce nombre à une petite dizaine à peine.

Consommation locale

La consommation locale est une démarche qui consiste à consommer des produits fabriqués à proximité de son lieu d’habitation, afin de réduire l’empreinte carbone, mais aussi de mieux connaître l’origine des produits.

S’il n’existe pas de périmètre strictement défini pour considérer qu’une personne consomme local ou non, généralement ce périmètre s’étend sur une zone géographique allant de 100 à 250 kilomètres autour du consommateur. Mais il est tout à fait possible de considérer qu’une personne qui achète des articles produits dans sa région ou même sur le territoire national consomme local.

Cruelty free

Le terme anglo-saxon cruelty free renvoie aux produits non testés sur les animaux. Il s’applique généralement aux produits cosmétiques.

Attention, cela ne veut pas dire qu’ils ne contiennent pas d’ingrédients d’origine animale. Cruelty free et vegan sont deux choses différentes qui peuvent toutefois être complémentaires.

De plus, si en France, les tests sur les animaux pour les produits cosmétiques sont interdits, il est possible que certains ingrédients soient eux-mêmes testés sur les animaux.

La mention cruelty free, lorsqu’elle est certifiée par la présence d’un label, vous assure donc qu’aucun test sur les animaux n’a été fait tout au long de la chaîne de production.

Développement durable

Le développement durable vise à développer l’économie tout en préservant les ressources pour les générations futures. Il prend en compte trois volets :

  • l’aspect économique qui consiste à adopter des modes de production et un modèle économique qui respectent l’environnement et les êtres humains ;
  • l’aspect environnemental afin de lutter contre le réchauffement climatique et de préserver la biodiversité ;
  • l’aspect social qui a été ajouté en 1992 consiste à lutter contre les inégalités.

Il s’agit donc d’une vision globale à long terme pour répondre à nos besoins, sans détruire la planète.

Écologique

Est écologique ce qui respecte l’environnement.

Par exemple, une matière naturelle peut aller à l’encontre de l’environnement comme le coton conventionnel qui nécessite énormément d’eau et de produits chimiques pour sa culture, alors qu’une matière synthétique comme le lyocell est fabriquée dans le respect de l’environnement.

Lyocell

C’est pour cela que les termes biologique, écologique et naturel doivent être bien distingués.

Economie circulaire

L’économie circulaire est un modèle économique opposé au modèle linéaire que l’on connaît actuellement. L’objectif est de ne plus être dans une logique du tout jetable, mais de préserver les ressources non renouvelables et de valoriser les déchets.

Il s’agit donc d’instaurer un véritable cycle de vie pour chacun des produits consommés.

L’économie circulaire repose sur sept piliers :

  • l’approvisionnement durable qui comprend une gestion optimale des ressources ;
  • l’écoconception des produits ;
  • l’écologie industrielle et territoriale ;
  • l’économie de la fonctionnalité où l’on vend un usage du bien plutôt que le bien en lui-même ;
  • la consommation responsable ;
  • l’allongement de la durée de vie des produits ;
  • le recyclage.

Eco-responsable

La consommation éco-responsable repose sur une prise de conscience quant à l’impact environnemental de nos choix de consommation. 

Il s’agit donc de sélectionner ses biens (alimentation, vêtements, etc.) de manière à respecter l’environnement et en tenant compte de l’aspect social.

Il est également possible de dire d’un produit qu’il est éco-responsable dès lors qu’il remplit ces mêmes critères.

De manière générale, l’éco-responsabilité consiste à porter une attention particulière à l’utilité d’un bien ou d’un produit, à sa qualité, et à son efficience notamment concernant les conditions de livraison. Le principe de solidarité s’applique également, y compris entre le producteur et les consommateurs.

Équitable

Depuis 2001, il existe une définition officielle du commerce équitable. Il s’agit d’un “partenariat commercial fondé sur le dialogue, la transparence et le respect, dont l’objectif est de parvenir à une plus grande équité dans le commerce mondial. Il contribue au développement durable en offrant de meilleures conditions commerciales et en garantissant les droits des producteurs et des travailleurs marginalisés, en particulier ceux du Sud.”.

Il existe une liste de critères économiques, sociaux et environnementaux qui garantissent la légitimité d’une entreprise à se revendiquer comme relevant du commerce équitable. C’est par exemple le cas de l’absence totale de travail des enfants.

Ethique

L’éthique renvoie à la morale. C’est certainement ce qui en fait un terme si difficile à définir puisque les valeurs morales peuvent varier d’une personne à l’autre.

Toutefois, dans le cadre de la consommation responsable, le terme éthique désigne une marque ou un produit qui est produit dans des conditions respectueuses de l’environnement, mais aussi des personnes qui participent à sa fabrication tant du point de vue des conditions de travail, que de la rémunération.

On parle par exemple de mode éthique.

Fast fashion

La fast fashion ou “mode rapide” est le phénomène de surenchères des marques de vêtements qui produisent d’énormes quantité de vêtements en continu. Il s’agit des enseignes de prêt-à-porter qui sortent de nouvelles collections toutes les semaines, et qui pratiquent des produits très bas voire des promotions en permanence ou presque.

C’est le principe du toujours plus qui s’applique pour inciter à la consommation sans tenir compte des besoins réels du consommateur, ni des impacts environnementaux et sociaux.

Greenwashing

Le greenwashing est une pratique marketing qui consiste à tromper les consommateurs en leur faisant croire que la marque ou le produit est écologique ou durable alors que ce n’est pas le cas.

Il s’agit donc de s’approprier les codes des marques éco-responsables comme l’usage du vert, de visuels représentant la nature, pour induire le consommateur en erreur.

Label

Le label permet d’identifier les marques et les produits qui répondent aux exigences d’un cahier des charges précis. Il se matérialise le plus souvent par l’opposition d’un logo ou d’une étiquette sur le produit.

En fonction du label, il permet de garantir l’origine, la composition ou encore les conditions de fabrication d’un produit.

Attention, tous les labels ne se valent pas. Certaines entreprises créent leur propre label au lieu de demander les certifications délivrées par des organismes indépendants.

Ainsi, les labels de mode éthique peuvent vous permettre de faire votre choix plus facilement, mais il faut bien comprendre ce à quoi ils correspondent.

Locavore

Une personne locavore est une personne qui consomme des produits locaux, notamment grâce au circuit court. De fait, elle privilégie généralement les produits de saison, et est attentive au gaspillage alimentaire. 

Made in France

La mention Made in France n’est pas un label. Il s’agit uniquement d’un marquage d’origine. Il n’est pas obligatoire pour les produits non alimentaires.

Les marques qui décident d’apposer cette mention doivent respecter les règles instaurées par les services douaniers.

La réglementation est relativement subtile en la matière, il faut donc rester vigilant pour bien distinguer ce qui est réellement produit et fabriqué en France de ce qui est seulement conçu ou assemblé en France.

Prix juste

Lorsque l’on parle de commerce équitable, de consommation éco-responsable ou encore de mode éthique, il n’est pas rare d’évoquer le prix juste.

Ce prix juste correspond au prix final qui permet de couvrir les coûts de fabrication comme les matières premières, les pratiques respectueuses de l’environnement, mais aussi la rémunération correcte des personnes participant à la chaîne de production. Ce prix est nécessairement plus élevé que celui pratiqué par les marques de fast fashion qui ne sont pas très regardantes sur les pratiques des usines, que ce soit sur les produits chimiques utilisés ou les conditions de travail.

Le prix juste, c’est aussi celui qui permet à la marque de rester suffisamment rentable pour assurer sa pérennité. Toutefois, les marges pratiquées par les marques éthiques sont bien plus faibles que celles des marques conventionnelles, afin de rendre leurs produits les plus accessibles possibles pour le consommateur.

Recyclage

Le recyclage est la pratique qui transforme un déchet en une nouvelle matière.

Par exemple, le plastique peut être recyclé pour fabriquer des vêtements.

Toutefois, le meilleur déchet reste celui qui n’est pas produit. En effet, les procédés utilisés pour le recyclage impliquent encore souvent d’utiliser des produits chimiques.

RSE

La Responsabilité Sociétale des Entreprises ou RSE est une politique interne à l’entreprise qui vise à mettre en place des pratiques plus respectueuses de l’environnement et des citoyens. C’est à ce titre que la loi impose désormais à toutes les entreprises de procéder au tri sélectif de leurs déchets.

Certaines entreprises prennent très à cœur cette responsabilité et prennent de nombreuses initiatives. 

Les entreprises s’en servent également comme argument marketing envers leurs clients, mais aussi en tant que marque employeur pour attirer les jeunes talents plus en plus sensibles à l’écologie.

Slow fashion

La slow fashion est le strict opposé de la fast fashion. Le principe est simple : consommer moins, mais mieux.

L’objectif est de proposer des vêtements, des chaussures et des accessoires de qualité, fabriqués de manière éthique.

Upcycling

Upcycling consiste à donner une nouvelle vie aux objets en les valorisant. Le nouvel objet a alors une valeur supérieure à celle du produit initial. C’est en cela que l’upcycling diffère du recyclage.

L’upcycling s’inscrit dans la veine de DIY.

Les marques de vêtements, mais aussi de décoration s’y mettent de plus en plus.

Vegan

Le terme vegan désigne une personne qui ne consomme aucun produit d’origine animale.  Ici, le terme d’origine animale est entendu au sens large puisqu’il comprend également les produits issus de l’exploitation des animaux.

Cela inclut le miel, le beurre, la laine, le cuir ou encore la soie.

Ainsi, un produit vegan ne contient aucun ingrédient provenant d’un animal.

Nous arrivons à la fin de ce grand glossaire de la consommation éco-responsable et éthique. Nous espérons qu’il vous aura permis d’y voir plus clair, afin de faire vos choix de manière éclairée. Il y a un autre terme que vous aimeriez voir expliqué ici ? N’hésitez pas à nous en faire part, nous serons ravies de l’ajouter.

Box Mode Éthique

Votre styliste compose rien que pour vous 3 à 5 tenues éthiques et vous les envoie dans une box.

En savoir plus

Découvrez la box mode éthique

Tous les trimestres, Amélie et Maud sélectionnent juste pour vous 3 à 5 vêtements éthiques et vous les envoient dans une box chez vous.

En savoir plus